Rechercher
  • Beverly_France

La pierre, l’âme matérielle d’une histoire qui perdure

Au fur et à mesure, sous l’impulsion de personnalités comme Stéphane Bern, le patrimoine se hisse sous les feux des projecteurs et devient un sujet fédérateur pour les Français soucieux de préserver leurs monuments. Il s’érige comme un atout culturel à l’aura mondiale et comme vecteur économique puissant. L’engouement et l’émotion autour de Notre-Dame ont également mis en lumière l’urgence et la nécessité de mettre tout en œuvre pour sauvegarder les édifices fragilisés par le temps.


Sur une échelle plus large, l’immobilier haut de gamme porte en son sein même l’essence de la pierre porteuse d’une histoire. Une maison est le témoin du passé d’une commune sur plusieurs décennies voire davantage. Elle témoigne d’une époque, d’une organisation sociale. Par exemple, la disposition des pièces avec l’arrivée de la chambre, dans le modèle bourgeois, qui était avant 1830, partie intégrante de la salle de réception ou encore les étages, marqueurs sociaux au sein des immeubles haussmanniens donnent à voir la complexité et les éléments caractéristiques d’une société.





Les acquéreurs, acteurs de la préservation du patrimoine


Différents critères émeuvent les futurs acquéreurs lors du choix d’un bien immobilier comme son emplacement ou la qualité des services annexes proposés. Mais, nul ne doit sous-estimer, a fortiori en matière de haut de gamme, l’histoire de ce bien. Qui l’a habité? Pourquoi telle pièce a-telle été ajoutée? Quels récits ont à nous raconter ces saules pleureurs? La pierre et son environnement sont l’inspiration à l’état brut.


La vente d’un bien ne se résume pas à l’achat d’un toit et de murs, les acquéreurs se projettent et doivent se sentir en adéquation avec ce que leur inspire leur futur logement. Pour être entretenues et perdurer, les demeures doivent être habitées. Chacun se nourrit mutuellement.


La mission de l’agent immobilier, faire perdurer un patrimoine urbain historique


Lors d’une transaction, l’agent immobilier transmet la personnalité de la demeure en plus de ses caractéristiques physiques. Le luxe se niche dans des aspects parfois très subjectifs ou spécifiques comme une demeure ayant abrité un illustre personnage, bénéficiant de finitions raffinées preuves de l’esthétisme d’une époque ou encore une ancienne maison de maître réaménagée par un architecte de renom dont les éléments clés ont été conservés tout en étant modernisés.


Le patrimoine, un destin


De plus en plus de particuliers se lancent à l’assaut de biens en péril. Par exemple, cette année, un couple d’artistes, Julita et Patrick Moussette, a été récompensé pour leurs efforts de restauration de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de la Clarté-Dieu lors de la huitième édition du Grand Trophée 2019 de la plus belle restauration d’un monument historique.


En renfort, des dispositifs fiscaux, sous certaines contraintes tout de même, encouragent les acquéreurs à miser sur des biens protégés au titre des monuments historiques en disposant de subventions ou de déductions sur le coût des travaux engagés pour la restauration du bien. Ces mesures ont prouvé leur efficacité même si bien des monuments cherchent encore à retrouver leur lustre d’antan.


Les avancées technologiques permettent de redonner la part belle à un bien tout en conservant ses singularités d’époque dans le respect de nouvelles contraintes environnementales et en garantissant un confort moderne. En étant habitée, la pierre est comme un bon vin, elle se vivifie avec le temps.