L'immobilier haut de gamme, la voie du concret par l'onirisme

En ces temps incertains et perturbés, professionnels de l'immobilier, investisseurs, propriétaires, futurs primo-accédants, tous scrutent les moindres soubresauts de l'économie, le moindre signe qui donnerait un nouvel espoir ou anéantirait ceux qui subsistent. En alerte, les variables mathématiques s'arrogent un don prédictif presque irréel. On essaie de se rassurer en imaginant changer la méthode de calcul du taux d'usure, en anticipant les baisses du volume des ventes, en espérant contrer la tendance en installant une piscine. Chacun élabore minutieusement sa stratégie, notre instinct pour l'adaptation se mettant en marche.

La pierre, cette valeur intemporelle

Ces efforts prouvent à quel point la pierre vit à travers les Hommes et les époques. Elle est sculptée par les tendances et se meut selon la conjoncture économique et sociale. Le logement est le lieu de l'intime, du privé mais sa résonance est publique. Il concerne chacun d'entre nous.




S'il y a bien un produit qui a su prouver et marteler sa résistance, c'est bien l'immobilier. Valeur refuge par excellence. Le mot lui-même vient du latin « mobilis » signifiant « qui peut être mu ou remué » auquel on a ajouté le préfixe contraire « im ». La pierre reste et défie le temps tout en reflétant les besoins d'une période. Elle est concrète, fière et résolue. Mais elle développe un volet moins tangible qui la hisse vers un champ confidentiel.

L'immobilier haut de gamme, une rêverie assumée

L'immobilier haut de gamme a cette particularité qu'il s'est distingué, et ce d'autant plus depuis la crise sanitaire, par son cadre onirique. Il a la capacité de créer des rêves et surtout de les réaliser. Gaston Bachelard dirait que nos rêves nous éveillent et nous raccordent au monde. Ici, la pierre fait effectivement transparaître nos aspirations intérieures insufflées par une époque lourde de turbulences et donc notre irrépressible besoin de sérénité et de légèreté.

« Dans quel espace vivent nos rêves? » s'interrogeait le philosophe, même si la question reste en suspens, la pierre leur confère une contenance, une issue.




La pierre, entre légèreté et assurance

On façonne la pierre selon nos envies, nous devenons bâtisseurs d'un monde qui nous ressemble, dont les assemblages forment un agrégat fidèle à une réalité plurielle. Nous tous constituons cet ensemble hétérogène qui se rejoint sur notre souhait de perdurer, de prouver notre résilience. La belle pierre est la preuve de l'art et de l'intime fusionnés.

Au-delà de sa matérialité, la pierre devient flexible et reflète notre besoin d'adaptation. Le sur mesure, cher au segment du luxe, s'apparente désormais à un besoin vital. La pierre se soumet à la nécessité de souplesse induite par les multiples changements de notre vie. La qualité de vie prime. Les résidences deviennent semi-principales et le marché des résidences secondaires reprend des couleurs. Notre logement acquiert de la flexibilité selon notre quotidien et nos aspirations, il entame son hybridation.

La pierre oscille entre son inscription dans le marbre et son invitation à la légèreté. Elle nous convie à rêver !

21 vues0 commentaire