Rechercher
  • Beverly_France

Immobilier : la hausse des prix continue dans les beaux quartiers parisiens

Le retour des Français et Européens de Londres n’est plus un phénomène secondaire. Il explique une part croissante dans le dynamisme du marché immobilier haut de gamme parisien. Certains réseaux spécialisés évoquent une part de 5 à 10% dans leur chiffre d’affaires depuis environ six mois. Joachim Antunes, Président Beverly Versailles Montreuil, rapporte d’un de ses clients que cette population, travaillant pour beaucoup à La City, délaisse de plus en plus Londres suite au Brexit ou en prévision du transfert de leur activité professionnelle.





Qui sont ces acheteurs en provenance de Londres et que cherchent-ils ?


Les « londoniens », évoluant pour la plupart dans la finance au sens large et peu importe leurs origines, sont devenus les principaux clients des agences spécialisées sur le segment luxe, devant les Américains ou les acquéreurs moyen-orientaux. Le mouvement a été remarqué aux alentours des mois de mai-juin mais il s’est accéléré depuis septembre. Dans le Marais, un réseau spécialisé dans l’immobilier de luxe évoque des proportions conséquentes puisque un quart des acheteurs viendrait de Londres.


Les quartiers familiaux demeurent les plus prisés notamment dans les 8e, 16e et 17e arrondissements et Neuilly-sur-Seine. Certains optent pour le 16e à Passy ou Auteuil. De même, les appartements sans défaut avec une belle vue sont en tête de liste. La proximité de bonnes écoles crée une compétition féroce voyant émerger des offres concurrentes dès la mise en vente.


Leur particularité, un pouvoir d’achat conséquent


Les acquéreurs français sont en quête de biens plus petits et disposent d’un budget plus restreint. Ils recherchent en moyenne un 130 m² entre 1,5 et 2 millions d’euros. En revanche, les ex-résidents londoniens visent des espaces plus vastes, des 180 m² en moyenne avec un double séjour et trois chambres. De plus, la mise en vente de leur logement londonien facilite souvent la transaction.


Or, face à une offre relativement figée de biens de qualité, les prix sont revus à la hausse. L’arrivée de cette clientèle londonienne crée une demande amplificatrice qui touche en premier lieu les appartements de luxe puis se répercute sur les biens haut de gamme.


« Cette clientèle internationale et de Français de l'étranger arrive avec des références de prix différentes des nôtres », explique Thibault de Saint Vincent, président de Barnes.


L’offre se heurte toujours à une pénurie structurelle. Ainsi, de nouveaux paliers ont été franchis comme la barre des 20 000 euros le m² dans le 18e à Montmartre et les 25 000 euros/m² dans le Marais.


L’immobilier haut de gamme parisien vit de beaux jours. Les logements des beaux quartiers restent très demandés et devant le stock limité trop peu renouvelé, ils sont très disputés. La tendance est toutefois à relativiser car elle n’explique pas à elle-seule le dynamisme du marché haut de gamme de ces six derniers mois qui est avant tout porté par des investissements provenant de Français de tous les pays. A Paris, les prix moyens du marché haut de gamme tournent autour de 11 100 euros le m² sur l’année 2018.