Rechercher
  • Beverly_France

Immobilier haut de gamme : les prix vont-ils résister et combien de temps?

Alors que le marché immobilier était resté en berne pendant le confinement, le rattrapage n'en est que plus visible avec des prix encore à la hausse en juin dans les grandes villes. Les récentes perturbations ont avant tout modifié la structure du marché où les vendeurs anticipent une baisse des prix et mettent donc en vente leur bien et où des acquéreurs sont en quête d'espace et de verdure. L'incertitude sur les prix commence à laisser place à des prévisions appuyées par les dernières semaines révélatrices d'un nouvel état d'esprit. Quel avenir envisager pour l'immobilier haut de gamme en Île-de-France ?





L'immobilier, gage de rentabilité, rassure


Si la crise sanitaire a perturbé l'économie et les Français, elle n'a pu que conforter le sentiment de sécurité apporté par la pierre. C'est bien dans les temps difficiles que l'on mesure l'impact d'un investissement. Alors, investir dans l'immobilier fait figure de placement sûr et rentable en opposition aux fluctuations des autres marchés notamment boursiers.

En cas de baisse des dividendes ou autres aléas financiers qui touchent les catégories aisées, la pierre permet d'assurer un revenu supplémentaire ou du moins de secours que ce soit en envisageant une futur revente ou pour du locatif. Il s'agit d'un moyen de se constituer un patrimoine transmissible à ses enfants, en vérifiant au préalable la rentabilité et la demande locative. Les locations longue durée ont toutefois pris le pas sur les locations touristiques saisonnières.



Fossé entre les biens sans défaut et les autres


En termes de haut de gamme, les acquéreurs risquent de devenir plus exigeants en orientant leurs recherches vers des biens de qualité sans défaut, à l'image de ce qu'il se produit sur le marché traditionnel. Posséder un jardin ou au moins une terrasse à Paris ou sa proche banlieue est devenu le nec plus ultra. Un bien d'exception avec une vue dégagée et un balcon se vend à des prix équivalents à ceux avant la crise. Ainsi, dans les prochains mois, si aucun krach boursier ne se profile à l'horizon, ce type de biens ne devrait pas subir de fortes baisses de prix.


Le retour des expatriés et des étrangers


Les vendeurs répondent à une demande qui explose actuellement, d'autant que l'arrivée progressive des expatriés et étrangers commence à être discutée. Par exemple, certains expatriés londoniens sont bloqués à Paris en raison de la quarantaine.


«Avant la crise, le marché de prestige était essentiellement soutenu par les Français. La crise pourrait corriger cette tendance un peu en faveur des étrangers qui commencent à revenir», analyse Alexander Kraft, PDG de Sotheby's International Realty France-Monaco.


Reste à savoir si cette correction suffira à maintenir les prix.

Quelles prévisions après l'été ?


La suite des événements, après le mois d'août, est troublée par l'incertitude concernant le climat économique, bancaire et sanitaire. Toutefois, d'après les professionnels du secteur, l'ajustement des prix ne devrait pas être significatif. Même si la clientèle aisée peut être touchée par des conditions d'octroi de crédit plus ardues et une légère hausse des taux, elle cherchera aussi à maximiser sa rentabilité et poursuivre la constitution de son patrimoine. Des départements sortiront toujours leur épingle du jeu comme les Yvelines et les Hauts-de-Seine qui offrent une situation idéale entre verdure et art de vivre citadin.