Immobilier Antony, Châtenay-Malabry et Fontenay-aux-Roses : «les gens aiment rester dans ces villes»

Dernière mise à jour : 25 mars

Antony, Châtenay-Malabry et Fontenay-aux-Roses font partie du département des Hauts-de-Seine. Le réseau Beverly France intervient dans de nombreuses villes du 92 ainsi que dans les Yvelines, l'Essonne ou encore Paris. L'immobilier dans la petite couronne parisienne a le vent en poupe surtout dans les villes qui ont su garder leur charme historique.


Cette semaine, Nadine Foucault, auteure et consultante associée Beverly Châtenay-Malabry, Fontenay-aux-Roses et Antony, met à l'honneur ces trois villes en décryptant la tendance du marché immobilier et en révélant leurs atouts. Elle connaît intimement le secteur puisqu'elle y habite depuis près de quarante ans. Elle analyse pour Beverly France le profil des acquéreurs, les biens prisés ou encore leurs spécificités.



Des acquéreurs décidés et informés

En termes d'exigences à l'achat, elles sont assez communes à d'autres villes de la petite couronne parisienne. Les acquéreurs recherchent un bien avec un extérieur, maison ou appartement.


« Les acheteurs cherchent un appartement avec un extérieur, pas seulement un balcon de 2 m², mais un bel espace pour prendre l'air, ou alors une maison avec jardin », complète Nadine Foucault.

Là où la donne a changé, selon ses observations, c'est au niveau de la sélection des biens visités. Ses clients s'informent en amont et ont besoin de peu de visites pour faire le bon choix.


« Depuis un an, un bien en vente attire peu d'appels téléphoniques, il reçoit peu de visites mais il se vend rapidement. Par exemple, récemment j'ai vendu un bien dès la première visite. Un autre bien, qui me semblait difficile à vendre, a trouvé acquéreur au bout de la deuxième visite. Les gens se renseignent sur internet, ils savent ce qu'ils veulent, ils ne se précipitent pas. »

Question vendeurs, elle note que quelques retraités partent en province parce que les enfants ont quitté la région. Les acquéreurs sont essentiellement originaires des environs.


Lumière sur les meulières et demeures de charme

Les trois communes se caractérisent par des biens de belle surface. Il y a peu de studios.

« Les biens familiaux de 100-105 m² sont les plus recherchés. On trouve de belles maisons en meulière, puis il y a eu pas mal de construction d'immeubles et de quelques pavillons plus contemporains, pour accueillir des familles. Châtenay-Malabry et Fontenay-aux-Roses disposent de demeures de maître somptueuses. Certaines ont subi des transformations pour être divisées.»

« L'architecture reflète un style de vie et une histoire. Ces villes sont réputées pour leurs guinguettes; vers la fin du 19e siècle, ces demeures en meulière étaient souvent les résidences secondaires de Parisiens souhaitant s'amuser durant leurs week-ends ».

Des villes tournées vers l'avenir avec le charme du passé

Châtenay-Malabry est investie pour devenir une ville durable, notamment en s'impliquant dans le zéro phyto, la construction d'un écoquartier et l'installation de voies cyclables.



Pour l'année 2022, Nadine Foucault reste confiante. « L'immobilier devrait bien se comporter, nous sommes désormais habitués au covid et nous restons attentifs à ce qu'il se passe en Ukraine, mais je reste confiante, la pierre se maintient sur sa lancée de 2021 ».

38 vues0 commentaire