Rechercher
  • Beverly_France

Et si Paris devenait « la capitale européenne de l’immobilier de luxe » devant Londres?

Les épisodes se succèdent dans l’immobilier haut de gamme avec toujours autant de surprises et d’imprévus. Cet été, Paris a vu ses prix flamber et dépasser les 10.000 euros le mètre carré en moyenne. Mais, ce boom pourrait ne pas s’arrêter là. Alors que Londres tenait sa place de leader depuis des années dans le classement des capitales les plus chères d’Europe, il se pourrait qu’elle la cède à Paris d’ici 2022, jusque là en deuxième position, selon les projections de Coldwell Banker, d’après les termes de son président :


"J'ai la conviction aujourd'hui qu'en termes de prix, Paris dépassera Londres à l'horizon 2022 et deviendra la capitale européenne de l'immobilier de luxe et de prestige".


Ainsi, les jeux des marchés londonien et parisien opèrent des forces contraires favorisant l’hexagone. Comment vont-ils intervenir ? Quelles sont les prédictions sur le segment du luxe européen pour les prochaines années ?





Un vent frais souffle sur Londres


Historiquement, Londres a la réputation d’avoir les prix les plus élevés d’Europe. Mais les prochaines années pourraient être cruciales pour la capitale britannique qui voit son marché s’écorner par les effets du Brexit depuis le vote en sa faveur il y a déjà trois ans. Les quartiers huppés sont particulièrement touchés.


"Les quartiers chics comme Mayfair ou les environs de Hyde Park sont particulièrement touchés", atteste Coldwell Banker qui souligne une baisse de 2,3% au cœur de Londres, l’an dernier dans une étude publiée fin octobre.


Face à un Brexit toujours nébuleux et à la baisse des valeurs à la City, la courbe des prix des deux capitales pourrait se croiser. Laurent Demeure qualifie cette « bascule » « d’événement inédit » que l’on observerait d’ici deux ans et demi. D’autres variables affaiblissent le marché aussi comme des nouvelles lois contre le blanchiment d’argent et la hausse des droits de mutation pour les étrangers. Selon les issues du Brexit, la Bank of England anticipe une chute de la pierre pouvant aller jusqu’à 30% en raison d’une baisse de la monnaie anglaise face à l’euro.


Paris en effervescence


En parallèle, le marché parisien se montre presque insolent attirant des investisseurs du monde entier. Il accueille les ex-résidents londoniens et une clientèle étrangère fortunée de plus en plus nombreuse. Actuellement, dans les quartiers prisés, les prix au mètre carré s’approchent des 14.000 euros et ils ne cessent d’augmenter. D’après les pronostics de Coldwell Banker, le m² d'un appartement familial dans l'ancien pourrait atteindre 14.480 euros à Paris contre 14.420 euros à Londres en 2021.Les professionnels notent tout de même une certaine tendance à la stabilisation cet automne, notamment en comparaison avec un début d’année 2019 sur les chapeaux de roue.

La situation, renforcée par la crainte d’un krach boursier, s’explique par une pénurie de biens à vendre qui ne comble pas la forte demande parisienne. La pierre conserve alors sa fonction d’actif sécurisant. Malgré tout, Paris doit renforcer son attractivité auprès des banquiers d’affaires et des avocats internationaux qui snobent la capitale française suite à la création de l’IFI.