Rechercher
  • Beverly_France

2019, sous le signe des records à Paris et en Ile-de-France

Le dynamisme du marché immobilier n’a échappé à personne cette année. Sur l’ensemble du territoire hexagonal, sur les onze premiers mois, les prix ont augmenté de 1,8% et de 4,7% dans les dix plus grandes villes de France. Paris a pour sa part enregistré une hausse de 8,7% avec toutefois des disparités selon les arrondissements.

Cette envolée s’explique, entre autres, par la confiance des ménages dans la pierre et par des taux d’intérêt et des conditions d’emprunt favorables. Selon la Banque de France, les taux ont atteint 1,19% en moyenne au troisième trimestre 2019, un niveau historiquement bas, ouvrant plus facilement la porte du crédit aux jeunes notamment et aux primo-accédants. Le bilan est d’autant plus remarquable dans la région francilienne.





Les prix atteignent des sommets


Les Franciliens ne se découragent pas d’acheter malgré la hausse des prix. Paris a signé un record absolu avec 10.080 euros le m² actuellement. Et ce n’est pas fini ! Les notaires prévoient que les prix du mètre carré vont encore grimper atteignant un niveau historique dans la capitale de 10.300 euros le m² en moyenne d’ici le début de l’année 2020.


« Malgré des prix hauts à Paris, les acquéreurs ne sont pas dissuadés », remarque Elodie Frémont, notaire dans la capitale.


Si Paris devient difficilement accessible, les acquéreurs se replient sur la petite voire la grande couronne. Qu’il s’agisse des appartements ou des maisons, les prix au mètre carré n’ont jamais été aussi élevés, avec 6.250 euros le m².


Un nombre de ventes record en Ile-de-France


En France, la barre symbolique du million de transactions en un an a été atteinte durant l’été. On comptait d’ailleurs 1.059.000 transactions dans l’ancien sur douze mois au troisième trimestre 2019, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente. Ces chiffres sont historiques et témoignent d’un dynamisme hors normes.


D’après une récente enquête des Notaires du Grand Paris, sur la région Île-de-France, au troisième trimestre 2019, le nombre de ventes a augmenté de 9% par rapport au même trimestre 2018. 180.000 transactions ont été enregistrées sur cette période, « soit un record historique d’activité ». Pour la Grande Couronne, la croissance du nombre d’appartements vendus est même de 20%.


Un horizon 2020 toujours dynamique


Le marché résidentiel devrait voir sa bonne santé se confirmer l’année prochaine. Les ménages placent toujours leur confiance dans l’immobilier perçu comme une valeur refuge. Et en dépit de la pénurie de biens disponibles qui engendre une pression constante sur les prix, la pierre rassure.


« Dans la capitale, les investisseurs ne cherchent pas le rendement, ils cherchent la pierre coffre-fort. Ils veulent être sûrs que leur capital ne va pas se déprécier. », explique Maître Delessalle.


Du côté de l’emprunt, les taux d’intérêt ne devraient pas connaître de remontées importantes, en lien avec la politique de la BCE qui maintient ses taux, ils demeurent alors incitatifs. L’Île-de-France bénéficie également de l’engouement porté par les projets du Grand Paris et les chantiers des Jeux Olympiques de 2024. Ces enjeux invitent les potentiels acquéreurs à se projeter dans un avenir relativement court facilement rentable sans gros risques.


Une autre caractéristique de l’emballement actuel pour l’immobilier réside dans la rapidité des transactions qui peuvent s’effectuer en quelques jours, voire quelques heures, y compris sur le segment haut de gamme. Cette rapidité d’action est symptomatique de la vigueur du marché dans sa globalité.